Le timing du siècle

Jose Bautista à Dunedin contre les Red Sox en début de camp

Jose Bautista à Dunedin contre les Red Sox en début de camp

J.A. Happ y est allé d’une performance remarquable aujourd’hui dans le match pré-saison entre les Jays et les Red Sox de Boston. D’accord, les Red Sox n’avaient pas emmené de grosses pointures, mais il demeure que Happ n’a pas accordé de point aujourd’hui en six manches de travail, de même que Casey Janssen, Sergio Santos et Esmil Rogers qui lui sont venu en relève. Et Romero y est allé d’une autre contre-performance dans un match simulé au camp des mineures des Jays. Au niveau du timing, soulignons également une contre-performance de Jeremy Jeffress et une bonne de Brett Cecil cette semaine, et vous voyez où je veux en venir.
Le tempo du camp d’entraînement gagne en rapidité, et c’est de moins en moins le temps d’essayer des choses, et de plus en plus le temps de montrer qu’on est prêts pour la saison. Bautista a retrouvé son synchronisme, les joueurs dominicains sont de retour au camp après leur victoire en WBC, et chaque départ pour les lanceurs est étiré pour qu’ils gagnent en endurance. Le fait que Romero en arrache autant, et que Jeffress lance toujours des boulets, mais qu’il n’est pas capable de trouver le zone des prises, et ce quand leurs “rivaux” pour les postes disponibles y vont de bonnes performances augure mal pour eux. Jeffress a une rapide tellement fulgurante qu’une autre équipe n’hésitera pas à lui donner une chance pour qu’il trouve du contrôle si les Jays doivent le laisser aller (ou l’échanger). Pour Romero, c’est peut-être un tour dans les mineures qui l’attend pour se retrouver.
Projet Baseball Montréal
J’ai ajouté le lien pour le projet de Warren Cromartie dans la colonne de droite et je vous invite à visiter le site et lui apporter votre soutien. Ce ne sera pas facile, mais je lui souhaite (et à nous tous) la meilleure des chances. Visitez également les autres liens, qui vous donneront beaucoup d’informations sur les Jays. Et je souligne tout spécialement Drunk Jays Fans et son auteur Andrew Stoeten à qui j’ai eu la chance de parler à quelques reprises et qui est un chic type en plus d’être un excellent blogueur et un expert sur les Jays.
On se reparle!

Un seul poste toujours disponible dans l’enclos?

Darren Oliver

Darren Oliver


Plusieurs médias ont rapporté aujourd’hui que John Gibbons aurait indiqué que selon lui il ne restait qu’un seul poste de disponible dans l’enclos d’ici le début de la saison régulière. Évidemment, il n’a pas dit qui étaient déjà élus et qui devaient toujours se qualifier. Je trouve l’hypothèse de Brendan Kennedy du Toronto Star semblable à la mienne, alors partont de là, en présumant que l’enclos aura 7 lanceurs (et pas 8 comme une bonne partie de la saison dernière, une idée qui ne m’a pas plu, et je n’étais pas le seul – il ne restait que deux joueurs de position et le receveur auxiliaire sur le banc, ce qui n’était pas idéal). Je vais indiquer entre parenthèses s’ils sont gauchers ou droitiers.
– Darren Oliver (G)
– Aaron Loup (G)
– Steve Delabar (D)
– Esmil Rogers (D)
– Sergio Santos (D)
– Casey Janssen (D)
– Spécialiste de longue relève: Brett Cecil (D) ou Jeremy Jeffress (D)
Le dernier poste disponible, vous l’aurez deviné (et c’est ce que Gibbons a indiqué), c’est le lanceur de longue relève, poste qui appartenait à Carlos Villanueva l’an dernier. Maintenant qu’il est chez les Cubs, faut trouver quelqu’un d’autre. Le problème ici est que Cecil et Jeffress sont à court d’options. Ce que j’entends par là, c’est qu’ils ne peuvent plus être renvoyés dans les mineures sans d’abord passer au balottage. Compte-tenu de leur talent respectif, il est assuré que les Blue Jays perdraient l’un ou l’autre s’ils essayaient une démotion à Buffalo (AAA). Que faire alors?
Malgré qu’on s’attend à voir Janssen dans l’alignement à l’ouverture de la saison, il est toujours un cas douteux. Gibbons croit qu’il sera complètement remis de sa blessure (ou du moins suffisamment pour pouvoir être utilisé à l’occasion mais pas deux matches de suite). Si ce ne devait pas être le cas, les Jays pourraient garder Jeffress et Cecil pour un temps, mais ce n’est pas idéal. On doit donc s’attendre à ce que Anthopoulos essaie d’échanger l’un ou l’autre d’ici le début de la saison pour ne pas complètement perdre un joueur sans compensation. Même s’il ne reçoit qu’un espoir limité, ce serait mieux que rien. C’est dommage tout de même.
Les lanceurs partants pour Buffalo en ouverture de saison devraient compter J.A. Happ, Germano, Claudio Vargas et le petit dernier que nous venons de ramasser au balottage, Moscoso (qui était chez les Rockies auparavant). Moscoso est aussi à court d’options, alors c’est loin d’être acquis qu’il pourra rester. On verra bien.
Des ajustements pour Romero
L’entraîneur des lanceurs Pete Walker a indiqué que les Jays essaieraient des ajustements mineurs à la mécanique de Romero pour qu’elle soit plus fluide et qu’il termine sa motion avec son pied droit (il lance de la gauche, souvenez vous) mieux aligné avec le marbre (il a tendance a atterrir un peu trop vers le 3e but selon eux). Ils vont également le déplacer sur la plaque vers le 3e but. On verra ce que ça donne, parce que dernièrement, c’est un peu triste à voir.
Ailleurs dans l’avant-champs
Brett Lawrie est toujours douteux pour l’ouverture de la saison. Ça va dépendre comment il répond aux traitements pour son problème aux côtes. S’il devait ne pas être prêt, Gibbons a indiqué que De Rosa jouerait au 3e but en attendant son retour. Et Lind, qui frappe très bien depuis le début du camp (comme les deux dernier camps avant ça), dit qu’il est en pleine forme et qu’il est plus souple et a moins peur de se faire mal au dos puisqu’il s’est mis au yoga. Il trouve même que sa performance au bâton est également rehaussée par ce gain de flexibilité puisqu’il peut s’étirer et couvrir une plus grande partie de la zone de cette façon. Ummm… ok…
On se reparle dans une semaine environ.

Quelques éclopés, et un problème de “closer”

Ricky Romero

Ricky Romero

Sergio Santos s’est remis à lancer aujourd’hui au camp des mineures et se sent bien, mais on ne sait pas trop s’il sera prêt pour le début de la saison. De plus, selon Arash Madani de Sportsnet, il est en avance sur Janssen du point de vue santé. C’est dire que nous pourrions débuter la saison sans notre “closer” principal (Santos), ni son remplaçant qui faisait figure de principal dernièrement (Janssen). Est-ce que ça pourrait être Delabar en attendant? Ou Jeffress, qui fait très bien depuis le début du camp? Ce n’est pas une très bonne nouvelle…
D’ailleurs, à ce chapitre, il y a toujours Lawrie, qui est revenu du WBC (la Classique Mondiale de Baseball) et qui est blessé aux côtes. Il dit que c’est moins pire et différent que sa blessure de la saison dernière, mais il ne sait pas quand il reviendra.
Il y a de bonnes nouvelles. Bautista frappe un peu mieux. Je m’excuse de ne pas pouvoir attribuer le commentaire, mais entendu lors d’un match de la WBC à la télévision, l’analyste laissait entendre que les frappeurs qui ont un “leg kick” comme partie de leur élan (en gros, certains frappeurs de puissance comme Bautista qui débutent leur élan bien avant que le lancer soit en route en élevant leur jambe avant) font face à une plus longue période de conditionnement en début de camp pour retrouver leur synchronisme (lever la jambe et redescendre à temps avec le lancer, etc). Si c’est bien ce qui se produit ici, tant mieux.
Le voltigeur Anthony Gose est aussi en feu dernièrement avec de beaux jeux en défensive, de l’agressivité sur les sentiers et de bonnes performances en général au bâton. Il est toujours pressenti pour débuter la saison à Buffalo, mais c’est intéressant à voir.
Et il y a Romero qui a toujours l’air de se chercher et qui performe malheureusement beaucoup comme en saison dernière. Mis en relief avec la performance honnête de J.A. Happ (je ne dirais pas éclatante, faut quand même pas charrier), le 6e partant qui rêve tout haut d’être dans l’alignement partant, les deux alimentent les médias cette semaine. Happ est mécontent de son usage, et on peut le comprendre. Il lance mieux que Romero mais est “coincé” à Buffalo puisque Romero mérite toutes les chances possibles de se retrouver et redevenir le lanceur éclatant qu’il était en 2010 et 2011. C’est difficile à accepter durant le camp qu’un lanceur va certainement se blesser avec le grand club et que Happ aura sa chance de lancer à Toronto avant longtemps. Peut-être a-t-il en tête la saison de Washington la saison dernière et le 6e partant là-bas (Lannan) qui n’a pas vu beaucoup d’action puisque ses coéquipiers ont garder un bilan de santé exceptionnel. Exceptionnel est le mot-clé ici. Et la patience de Happ n’est pas aidé par son statut contractuel. IL approche de sa première année d’éligibilité à l’arbitrage, et passer du temps en AAA n’est pas à son avantage. C’est dommage, mais Anthopoulos ne l’échangera pas certainement pas si tôt dans la saison, surout compte-tenu des contre-performances de Romero. Et Romero est toujours éligible a être cédé aux mineures sans drame (il lui reste des options, et a moins de 4 ans d’expérience dans les majeures, alors il peut descendre sans être soumis au ballotage ou refuser à cause de ses années de service), malgré que ce soit étonnant qu’on en vienne à ça. L’équipe prétendrait sûrement l’envoyer dans les mineures pour se remettre d’une blessure pour ne pas risquer de l’humilier.
À lire ce qui précède, il semblerait que ce n’est pas la joie, mais c’est sans compter les bonnes performances de Reyes et Encarnacion avec l’équipe de la République Dominicaine au WBC. Ils sont beaux à voir et les Dominicains regardent bien pour se rendre loin. On leur souhaite. Je voudrais aussi souligner le bon travail de Bonifacio dernièrement, alors qu’on lui offre plus d’opportunité de jouer au deuxième but, où il est plus à l’aise qu’à l’arrêt-court. Compte-tenu que c’est la position pour laquelle il se bat pour faire partie de l’alignement partant, c’est encourageant pour lui, et également pour nous.
On se reparle!

Une semaine en Floride

Joker Marchant Stadium - Lakeland, Floride

Joker Marchant Stadium – Lakeland, Floride


C’était ma deuxième expérience à vie au camp d’entraînement des Blue Jays la semaine dernière, et ma deuxième en trois ans. Il n’y a rien de plus agréable à faire que de se taper une partie de baseball, aussi insignifiante soit-elle, sous le soleil de la Floride en février (ou mars). Bien sûr, les parties ne sont pas si insignifiantes que ça, mais il faut savoir en tirer le bon sens. C’est bien beau les victoires, mais ce n’est pas ce qui compte lors du camp d’entraînement. L’idée est de se préparer pour la vraie saison, quite à en perdre une couple. C’est le temps d’essayer des choses, voir ce qui marche.
Adam Lind

Adam Lind


Alors, qu’est-ce qui fonctionne? Agréable surprise de voir Adam Lind produire tôt lors de ce camp. Après ses commentaires sur sa “confusion” l’an dernier (commentaires auxquels Alex Anthopoulos a laissé entendre qu’avec trois ans d’expérience dans les majeures, si tu ne comprends pas ce qui se doit se passer, tu demandes – ça ne sert à rien de se plaindre à la fin de la saison), Lind frappe avec constance et multiplie les coup sûrs et doubles. C’est un film qu’on a déjà vu, et j’espère qu’ils ont changé la fin cette fois (ça finit généralement par un dûr retour à la réalité, et beaucoup de retraits).
À lire les articles des différents journalistes qui sont présents au camp, plusieurs commentaires font référence au changement d’atmosphère dans la chambre des joueurs et sur le terrain. Je pense que ça ne peut pas faire autrement, avec le départ de Farrell qui dirigeait le club avec un pied dans la porte l’an dernier. Gibbons a un style très différent. On va voir ce que ça va donner quand les parties vont se mettre à compter. Rasmus a parlé du mode de panique que Farrell a adopté en deuxième moitié de saison quand l’équipe a piqué du nez à la suite de la multitude de blessure qui a miné ses chances. Gibbons a plus d’expérience et a vu neiger. De plus, sous son attitude décontractée se cache un dirigeant qui peut être très ferme et pas commode. S’il y a un relâchement, il n’y aura pas autant de laisser-aller qu’avec Farrell. En tout cas, c’est mon avis.
Question atmosphère, ça va être difficile de bâtir l’esprit de corps de cette troupe d’ici la fin de la classique mondiale de baseball. Plusieurs vedettes, et pas les moindres, participent au tournoi et seront à l’écart du camp pour deux semaines sinon plus. Et Bautista éprouve des difficultés au bâton, ce qui le frustre visiblement. C’est difficile d’être un bon leader quand on est autrement frustré par ses performances personnelles. En espérant que ça se replace rapidement.
Avec plusieurs nouveaux sur l’équipe, il y a aussi le problème de communication sur le terrain. Il faut s’habituer à ses nouveaux coéquipiers, des fois à une nouvelle position (ou une qu’on n’a pas joué régulièrement les saisons passées). Plusieurs mauvais relais à la défensive en début de camp, Bonifacio étant un des joueurs qui semble le plus affecté. Il était utilisé surtout au champ extérieur chez les Marlins. Il faut se refaire une routine à jouer régulièrement arrêt-court ou deuxième but. Et il y a les collisions au champ extérieur. Langerhans et McCoy en ont eu une asssez violente lors du match inaugural à Lakeland. Ce n’était pas beau à voir mais heureusement les deux n’ont pas été blessé.
Au niveau des joueurs qui se démarquent jusqu’ici, Santos à l’air dans une forme superbe, Sierra continue sur sa lancée de l’an dernier, et j’aime bien la lanceur Sean Nolin qui montre un futur prometteur. Celui qui arrive de nulle part et qui se fait remarquer cette année jusqu’ici est Lance Zawadski, qui frappe bien depuis le début et qui joue une défensive honnête, sans être éclatante. Il a d’ailleurs frappé un grand chelem à sa première présence au camp pour les Jays. Oui, c’est contre un lanceur “nobody” des Tigers (un gars qui n’est pas sur leur alignement de 40 joueurs et qui a été invité au camp), mais ça fait du bien quand même. On lui souhaite beaucoup de succès.
On se reparle, passez une bonne semaine.

L’optimisme à l’ordre du jour en début de camp

Rasmus à la fin août 2012 - La cible du receveur est à l'intérieur, Rasmus à la limite du rectangle des frappeurs

Rasmus à la fin août 2012 – La cible du receveur est à l’intérieur, Rasmus à la limite du rectangle des frappeurs


La plupart des joueurs (dont la totalité des lanceurs et receveurs) sont arrivés à Dunedin pour le début du camp d’entraînement, et les espoirs pour la saison qui vient ne peuvent être plus élevés. Comme le disait à la presse le receveur québécois Russell Martin au camp des Pirates plus tôt cette semaine, toutes les équipes sont au premier rang au classement à l’heure actuelle, et il est permis de rêver. Ceci dit, certaines pistes nous ont été offertes en rapport avec les interrogations que j’ai soulevées la semaine dernière, et sur d’autres sujets que je n’ai pas abordés.
D’abord, la santé des lanceurs. Janssen s’est dit toujours pas à son 100% suite à l’intervention chirurgicale qu’il a subie cet hiver. Il est confiant qu’il sera à son plein potentiel d’ici la fin du camp. Compte-tenu de l’incertitude entourant le retour de Santos (sera-t-il à 100%), il y a déjà des commentateurs qui laissent entendre que Steve Delabar serait auditionné pour le poste de “closer” durant le camp si Janssen, qui détient une bonne longueur d’avance, venait à flancher. Les autres échos autour des lanceurs sont positifs. R.A. Dickey serait en avance sur l’échéancier selon l’entraîneur des lanceurs Pete Walker, et J.P. Arencibia a de nouveau travaillé avec Dickey cette semaine, ce qui lui a valu de bons commentaires. Et pour les rares qui s’attendent toujours à un retour de McGowan dans l’alignement, il a été de nouveau mis au repos suite à un inconfort à l’épaule sans échéancier de retour. Aussi bien dire que c’est fini, malgré qu’il demeure un des seuls à ne pas y croire.
Puisqu’on y a touché il y a une seconde, parlons brièvement de la situation des receveurs et plus particulièrement de celui qui sera désigné pour travailler avec Dickey lors de la saison régulière. Le receveur Josh Thole a accompagné Dickey lorsque le récipient du Cy Young a passé des Mets aux Jays. Thole était le receveur désigné de Dickey à New York. C’est un jeune receveur avec des performances moyennes. Je dis moyennes mas celles-ci n’ont pas été très bonnes l’an dernier. Était-ce parce qu’il se remettait d’une commotion subie en début de saison? Peut-être. On le dit pressenti pour débuter la saison à Buffalo (AAA) comme police d’assurance en cas de blessure à Arencibia. Ce pressentiment vient du fait que les Jays ont signé Henry Blanco pour un contrat non-garanti d’un an. Receveur d’expérience, Blanco a passé 2012 avec les Diamondbacks de l’Arizona et a déjà travaillé avec Dickey plus tôt dans sa carrière. Blanco a passé la barre des 40 ans, tandis que Thole et Arencibia ont pratiquement le même âge (ils sont séparés par un peu moins d’un an). Arencibia est toutefois déterminé à ne pas perdre tous les départs de Dickey à le regarder du banc, et a travaillé avec lui durant la saison morte au Tennessee, où les deux joueurs sont domiciliés durant l’hiver. De même, ils joueront tous les deux pour les États-Unis lors de la classique mondiale de baseball en mars. La compétition devrait être intéressante.
Également au niveau des compétitions intéressantes, la question est de savoir qui sera le deuxième but partant des Jays: Izturis ou Bonifacio? Maicer Izturis a été ajouté à l’alignement très tôt durant la saison morte. Joueur réserviste de luxe chez les Angels, Izturis y a vu beaucoup d’action (au moins 300 présences au bâton par saison, parfois jusqu’à 500, un niveau généralement réservé aux partants). Il est versatile, pouvant jouer au 2e but, 3e but ou à l’arrêt-court, en plus d’être ambidextre au bâton. De son côté, Emilio Bonifacio est arrivé chez les Jays à l’issue du méga-échange avec les Marlins. C’est aussi un réserviste de luxe, mais il peut aussi jouer les positions du champ extérieur, et est particulièrement rapide sur les sentiers. Son problème est d’arriver sur les dits sentiers. Frappeur ambidextre également, sa faiblesse est son nombre élevé de retraits au bâton. Après une saison atroce de Kelly Johnson au 2e but avec un nombre record de retraits sur des prises, ce sera préférable de ne pas voir l’histoire se répéter. Comme Jose Reyes (le parttant au 2e but) sera occupé une partie du mois de mars avec la classsique mondiale, Izturis et Bonifacio devraient avoir beaucoup de temps sur le terrain en matches préparatoires afin de pouvoir montrer de quoi ils sont capables. Il s’agira de voir qui pourra se démarquer et saisir l’opportunité. À ce stade-ci, Izturis part devant, mais seulement par un nez.
Autre nouvelle d’avant-champ, le joueur de 1er but réserviste David Cooper va manquer l’entraînement à cause d’une blessure au dos. C’est très dommage puisqu’il s’est bien acquitté de son rôle de substitut l’an dernier avec les Jays, et personnellement, je le préfère à Adam Lind, qui a été extrèmement décevant ces deux dernières saisons. J’espère le retour de Cooper très bientôt.
Parlant de Lind, je vais terminer sur l’essence de ses commentaires sur ses problèmes au bâton en 2012, problèmes qu’il a attribués à l’ex-gérant John Farrell et à l’ex-entraîneur des frappeurs Dwayne Murphy. Sans les blâmer directement, Lind s’est dit confus quand à l’approche qu’il devait prendre au bâton l’an dernier, Farrell prêchant la patience et Murphy l’agressivité. Rasmus a aussi eu des difficultés avec leurs approches respectives. Je ne suis pas expert, mais je trouve que Lind en beurre un peu épais (ça fait longtemps qu’il fait dûr), et Rasmus a eu du succès tôt en saison en changeant sa position dans le rectangle des frappeurs, mais ne s’est pas ré-adapté lorsque les lanceurs, reconnnaissant que Rasmus était très près du marbre et très en avant du rectangle, se sont mis à lui lancer haut à l’intérieur systématiquement. La moyenne au bâton de Rasmus a très vité piqué du nez en deuxième moitié de saison.
J’ai très hâte de voir les Jays en action en fin de semaine prochaine. Je serai à Lakeland pour leur premier match préparatoire contre les Tigers, et je serai également à Dunedin pour les voir contre les Red Sox plus tard la même semaine. Je vous en reparlerai sûrement la semaine prochaine.

Les défis et questions en vue de la saison 2013 des Blue Jays

DSCN0605
Après un début de saison prometteur en 2012, les Blue Jays ont traversé une deuxième moitié de saison difficile. L’alignement, décimé par les blessures de Jose Bautista et de la majorité du personnel des lanceurs partants (et certains releveurs clés), a eu peine à tirer son épingle du jeu. Au cours de la saison morte, le directeur-gérant Alex Anthopoulos a planché pour rémédier au problème de profondeur qui a eu raison des chances de son équipe en 2012. Avec un alignement que certains preneurs au livre de Las Vegas donnent pour favori pour remporter la Série Mondiale, quelles sont les principales interrogations auxquelles font face les Jays pour 2013?
1. Est-ce que le “pudding va prendre”?
Ce que j’entends par là, c’est que l’addition de joueurs talentueux, même en grand nombre, n’est pas nécessairement garante de succès. On a vu le flop des Rex Sox l’an dernier avec une masse salariale élevée, beaucoup de talent sur le terrain, mais des résultats médiocres (la présence du gérant Bobby Valentine, qui y est sûrement pour quelque chose, n’explique pas tout). Les Marlins de Miami, d’où les Jays ont tiré un groupe de joueurs impressionnants, ont aussi connu des ratés. Il reste à voir comment ce regroupement de joueurs va former une équipe. Est-ce que le fait que plusieurs joueurs ne seront pas au camp d’entraînement pour toute sa durée pour participer au Mondial du baseball nuira à la formation de cette chimie? Seul le temps le dira.
2. Quelle version de certains joueurs-vedette verra-t-on?
Bautista est de retour après une intervention chirurgicale au poignet. Retrouvera-t-il son élan d’antan? Est-ce que Edwin Encarnacion répétera sa performance éclatante de 2012, ou reviendra-t-il a son plus ordinaire 2011? Qu’en est-il de Romero, qui a apparemment lancé une bonne partie de la saison dernière malgré une blessure? Reverra-t-on Josh Johnson à son meilleur? Est-ce qu’un Melky Cabrera propre est aussi un Melky Cabrera productif? Et est-ce que Lind et Rasmus se remettront à frapper avec constance un jour (c’est arrivé à Aaron Hill contre toute attente en Arizona, on peut rêver)?
3. Les lanceurs et les blessures
Il est presque incroyable de voir le lanceur numéro un de l’organisation des deux dernières saisons se retrouver lanceur numéro cinq dans l’alignement. C’est pourtant ce que John Gibbons a laissé entendre lors de la rencontre annuelle des Jays avec leurs détenteurs de billets de saison, projettant une rotation Dickey/Morrow/Buerhle/Johnson/Romero. Sur papier, c’est possiblement la meilleure rotation jamais alignée par les Jays. Reste à voir si tout le monde va demeurer en santé. J.A. Happ devrait être le 6e partant en cas de blessure. Par contre, il n’y a pas beaucoup de candidats derrière lui. Peut-être Chad Jenkins… Par contre, l’enclos des releveurs semble un peu mieux sécurisé, mais il reste à voir comment Sergio Santos va rebondir de son opération. Le rôle de “closer” devrait revenir à Casey Janssen en début de saison, lui qui s’est chargé de la tâche avec brio en 2012.
4. Le retour de John Gibbons
Je ne partage pas les inquiétudes de certains commentateurs sur le retour à la barre des Jays de John Gibbons. Congédié par le directeur-gérant de l’époque J.P. Ricciardi (plus pour sauver son propre emploi qu’à cause des performances de Gibbons à mon avis), Gibbons avait fait montre, à mon avis, d’un bon jugement stratégique. Oui, il a eu des relations houleuses avec certains joueurs, mais ça fait partie de la “job”. Les joueurs semblaient en prendre un peu large sous Farrell, surtout avec des erreurs mentales qui avaient tendance à se répéter pour certains joueurs (la performance sur les sentiers de Lawrie me vient à l’idée tout de go, de même que sa désinvolture à chasser toutes les balles fausses dans les gradins ou puits de caméras malgré les risques de blessure). Je crois que Gibbons imposera une meilleure discipline, mais je peux certainement avoir tort.

Quelles sont vos questions ou inquiétudes pour la saison 2013 des Jays?