Stroman perdu pour la saison

Marcus Stroman (Source: CP/Darren Calabrese)

Marcus Stroman (Source: CP/Darren Calabrese)

Comme plusieurs amateurs, j’ai appris la nouvelle de la blessure au genou de Marcus Stroman alors que j’écoutais d’une oreille plus ou moins attentive l’affrontement entre les Blue Jays et les Twins via internet. À partir du moment où l’annonceur Mike Wilner a partagé la nouvelle, la partie en cours a perdu tout son attrait. Stroman, le lanceur avec qui les amateurs des Bleus avaient placé autant d’attentes, était perdu pour la saison suite à une déchirure du ligament croisé antérieur de son genou gauche.

Qu’une telle blessure résulte de circonstances aussi banales ne fait qu’empirer notre incompréhension. Stroman, de même que plusieurs autres lanceurs et joueurs d’avant-champ, pratiquaient leur défensive contre les amortis. Stroman s’est avancé pour prendre la balle après avoir signalé à Josh Donaldson qu’il prendrait le jeu et a senti son genou céder, puis entendu le « pop » distinctif du tendon qui cède, et s’est écroulé au sol tordu par la douleur. Et ce n’est pas juste que ça fait vraiment mal physiquement, mais un athlète réalise très rapidement dans de telles situations que sa saison, voire dans certains cas sa carrière, est en péril. L’équipe lui a fait passer un examen de résonnance magnétique. Perdu pour la saison.

Il s’agit là du deuxième geai bleu qui s’explose un genou au camp d’entraînement, le premier étant le voltigeur Michael Saunders. Saunders a coincé son genou après qu’il eut posé le pied sur ou près d’un gicleur en tentant de capter un ballon au champ gauche d’un terrain d’entraînement. Dans son cas, après un pronostic assez sombre le voyant sur le carreau jusqu’à la mi-saison, Saunders a vu sa situation s’améliorer (pas nécessairement à long terme, par contre, puisqu’il souffrira très vraisemblablement d’arthrite avant même ses vieux jours lorsqu’il accrochera ses crampons pour de bon) et il pourra rejoindre l’équipe d’ici la mi-avril (possiblement à temps pour l’ouverture de la saison). On se demande parfois si leur stade en Floride n’est pas bâti par-dessus un ancien cimetière.

L’absence de Saunders a donné une dimension un peu différente à la bataille pour le poste de voltigeur de centre entre Dalton Pompey, Kevin Pillar et une brochette d’invités, tous vétérans d’autres équipes se cherchant un poste pour la saison après leur libération ailleurs dans la ligue. Maintenant, deux postes de voltigeurs sont ouverts. Il serait étonnant que Pompey ne soit pas investi du poste au centre en fin de camp. Pour Pillar, il s’agit pour lui d’une nouvelle chance de figurer dans les plans comme voltigeur de gauche, puis réserviste lorsque Saunders sera de retour.

Pour ce qui est de la situation des lanceurs, la mise au rencart de Stroman bouleverse beaucoup la donne. Déjà qu’il n’y avait pas beaucoup de profondeur dans les rangs, on se demande bien ce qui va maintenant arriver. D’abord, pour les partants, il y a trois postes déjà cimentés : Dickey, Buehrle et Hutchison. Stroman figurait comme une autre valeur sûre, et même comme partant numéro un dans la tête de plusieurs. Il a eu une deuxième moitié de 2014 absolument fulgurante et son début de camp laissait entrevoir de bonnes choses. Maintenant, pour les deux postes restants, on parle probablement des recrues Daniel Norris, Aaron Sanchez et du nouveau venu des Brewers Marco Estrada. Je serais étonné de ne pas voir Sanchez prendre un de ces deux postes, ce qui déstabilise la course aux postes dans l’enclos des releveurs (j’y reviens dans une seconde). Restera à voir si Estrada ou Norris sera le 5e partant. Personnellement, je verrais bien Estrada prendre le poste (il a eu deux bonnes saisons à Milwaukee avant sa saison vraiment poche l’an dernier) et Norris débuter à Buffalo avec l’option de le voir monter en grade s’il y a une blessure ou une contre-performance d’Estrada. Norris pourrait également prendre la place pressentie pour Sanchez dans l’enclos pour y poursuivre son développement, toujours dans l’optique de le voir devenir partant dans les majeures dans un avenir rapproché. Ceci dit, la préférence sera probablement de l’envoyer à Buffalo.

Il nous reste donc l’enclos à pourvoir. Ici, la compétition est totalement débridée. Il faut rebâtir à partir de pas grand-chose. Le « closer » Janssen a quitté et il n’a pas de remplacement évident dans l’alignement à l’heure actuelle. On pressent Brett Cecil dans ce rôle, mais celui-ci souffre présentement d’une inflammation à l’épaule, ce qui n’est pas rassurant. Pour le reste, on sait qu’Aaron Loup reviendra. Après lui? Ça se complique. Les Jays espèrent revoir le Steve Delabar de 2013 (et pas celui de 2014 qui avait totalement perdu la carte). Jusqu’à maintenant, celui-ci connaît un bon camp. Todd Redmond devrait aussi revenir, mais ce n’est pas acquis. Après ça, il y a une brochette de « pas très connus » et de lanceurs à leur dernière chance, notamment Kyle Drabek qui a toujours des problèmes de contrôle, Liam Hendricks, qui ne semble bon que dans le AAA, et Chad Jenkins qui est parfois excellent, parfois passable. Dans les noms que l’on a déjà vus, il y a aussi Rob Rasmussen. Il a un camp médiocre jusqu’à maintenant. Pourrait-on voir la très jeune recrue Miguel Castro, un lanceur de boules de feu de 20 ans qui frappe le 100 milles à l’heure régulièrement, mais qui n’a pas un contrôle de la zone des prises très éclatant? Ou le Canadien en fin de carrière Jeff Francis? Andrew Albers, un autre Canadien qui lance avec précision mais pas beaucoup de vélocité, a aussi une chance. Et peut-être Wilton Lopez, qui était passable au Colorado l’an dernier et cherche à se réaffirmer cette saison.

Si ce n’était pas suffisant, il y a aussi des luttes de position au premier et deuxième but. Au premier, on verra occasionnellement Edwin Encarnacion, qu’on verra plus fréquemment comme frappeur désigné. L’ex-Mariners Justin Smoak auditionne au premier coussin ce printemps mais il a toujours du mal à frapper malgré une défensive remarquable. Il a de la compétition composée de plusieurs joueurs qui cherchent une deuxième chance ou une occasion de prolonger leur carrière, et même Danny Valencia qui se cherche une place à atterrir autre qu’un poste de réserviste. Au deuxième, la recrue Devon Travis a une chance d’être promu, mais les chances sont qu’il sera envoyé à Buffalo pour un bon polissage (le plus haut niveau auquel il a joué est le AA, alors il lui en reste pas mal à apprendre). Plus probable est de voir le poste confié à Maicer Izturis, qui a un bon camp et qui semble complétement rétabli de sa blessure au genou de l’an dernier, ou l’un de Ryan Goins ou Munenori Kawasaki si l’un d’eux se met à frapper de façon significative.

Alors, il y a beaucoup de luttes à suivre cette année au camp des Blue Jays. Pour une équipe qui aspire aux grands honneurs cette saison, ça fait beaucoup d’incertitude avant même le premier lancer de la saison régulière. Le noyau offensif est là, et il est encore plus dûr que l’an dernier avec l’addition de Russell Martin et Josh Donaldson (on peut même compter Saunders dans les gros frappeurs, mais celui-ci à une tendance navrante à atterrir sur la liste des blessés régulièrement). Reste à voir si les jeunes lanceurs pourront tenir leur bout et compenser pour la perte de Marcus Stroman. Ça se fait. Les Giants ont remporté la Série Mondiale sans Matt Cain dans leur rotation, et avec un Tim Lincecum chancelant. Est-ce que les Jays pourront en faire autant?

Publié dans Uncategorized permalien

A propos Patrice Maltais

Originaire du Lac St-Jean et domicilié à Toronto depuis 2000, je suis un fan de baseball toujours en deuil du départ des Expos et co-détenteur de billets de saison pour les Blue Jays depuis plusieurs années. Mes autres domaines d'intérêt sont l'histoire (surtout des États-Unis), l'automobile (mon domaine d'activité professionelle), les films et les livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>