Saunders patrouillera le champ gauche pour les Jays

Michael Saunders (Source: AP)

Michael Saunders (Source: AP)

Le directeur-gérant des Blue Jays Alex Anthopoulos a indiqué tôt après la fin de la saison qu’il ne laisserait pas le marché dicter son agenda durant la saison morte. En fait, il voulait vraiment dire : « Je ne m’assoirai pas sur mes mains comme l’an passé en attendant de faire une bonne affaire pour m’en faire passer une à la dernière minute. » (voir Erwin Santana). Il n’a pas attendu des lustres pour que Melky Cabrera se décide. Il lui a offert un contrat très tôt (je ne parle pas de l’offre qualificative, mais des pourparlers que les Jays et l’agent de Cabrera ont entrepris ces dernières semaines). Lorsqu’il a été clair qu’il y avait un gouffre entre les positions de l’un et de l’autre qui semblait impossible à combler (à moins d’attendre longtemps que le marché se développe, avec les risques que ça comporte – voir Erwin Santana), Alex Anthopoulos a trouvé une autre affaire qui s’avèrera, à mon avis, une meilleure aubaine, et je ne parle pas strictement du prix en argent.

Les Blue Jays ont échangé le lanceur J.A. Happ aux Mariners de Seattle en retour du voltigeur (et canadien) Michael Saunders. Comprenez par-là, même si ce n’est pas avoué, que Melky Cabrera ne reviendra définitivement pas, et c’est correct. Saunders n’est pas le même frappeur que Cabrera mais il est plus que potable. C’est un frappeur de puissance qui s’en est bien sorti dans un stade réputé pour avantager les lanceurs. Il est meilleur en défensive que Melky, ce qui n’est pas dur à battre, mais à sa défense, Melky n’était pas aussi pourri qu’on le laisse croire (exception faite de la saison où il jouait sans le savoir avec une tumeur dans le bas du dos). Non, le véritable problème de Saunders est sa capacité de demeurer sur le terrain. Il a un historique de blessures lors de ses trois dernières saisons, et c’est ce qui l’a probablement sorti de Seattle (plus pour l’interprétation que le directeur-gérant de l’endroit a fait de ses multiples absences que pour leur même existence).

Le départ de J.A. Happ, le lanceur mal-aimé dans ces contrées de par son manque de constance et son imprédictibilité, déleste un peu de salaire (Saunders est payé à peu près $4 millions moins cher que lui) mais surtout l’écarte du chemin d’Aaron Sanchez et de Daniel Norris, deux jeunes lanceurs partants prêts à prendre du galon. On a vu un Sanchez dominant en relève la saison dernière, et Norris tirant également son épingle du jeu durant le mois de septembre avec le grand club. On découvrira lors du camp d’entraînement qui fera le saut pour le poste de 5e partant, et qui sera le 6e partant en attente à Buffalo. Comptez aussi dans le lot les chances que Marco Estrada ou même Todd Redmond soient également considérés.

La période de gros magasinage des bleus devraient être terminée maintenant. La refonte de l’équipe doit aussi être vue comme une refonte du vestiaire, où John Gibbons a laissé entendre qu’il manquait d’adultes. Les frasques de Brett Lawrie sont assez bien documentées, mais il y avait aussi Anthony Gose qui avait un comportement plus ou moins mature et égoïste au court des dernières saisons, gérant très mal les périodes de rétrogradation à Buffalo où le gérant a dû le clouer sur le banc pour qu’il réfléchisse au concept d’équipe et d’effort soutenu à quelques reprises. Les Jays ont gagné en offensive avec Martin et Donaldson et en défensive, toujours avec Martin et avec Saunders. Il reste à Anthopoulos à regarnir son enclos et possiblement trouver un joueur de 2e but qui peut tenir le poste une saison ou deux le temps que Devon Travis soit prêt à prendre les rênes.

Ce qui est aussi un peu comique lorsqu’on y regarde à deux fois sur les deux derniers échanges est la rumeur persistante, pour pratiquement tous les joueurs impliqués (sauf peut-être Happ), que les joueurs impliqués n’avait plus la faveur de leur équipe respective, et plus souvent qu’autrement à cause d’un coup de gueule mal placé. Il est dit que Donaldson aurait manqué de respect envers Billy Beane (le DG des Athletics) en l’appelant « Billy Boy » dans le vestiaire (si c’est vraiment tout ce que ça pris, je serais vraiment surpris), et Lawrie, encore, on le connaît. Saunders, comme indiqué plus haut, a vu l’intégrité de son processus de préparation mise en cause (à tort ou à raison, mais notez que la même accusation à peine voilée a aussi été lobée contre Adam Lind il n’y a pas si longtemps). Et puis Happ, et bien, il n’a pas dit grand-chose, mais il s’est déjà plaint de son utilisation par les Jays, surtout lorsqu’il se battait pour le poste de 5e partant contre un Romero en complète déconfiture il y a quelques saisons (et même lorsqu’il est revenu de sa blessure mystérieuse subie ou découverte durant le camp d’entraînement). Tout ça pour dire que le baseball, c’est un business, et comme toutes les business, les relations humaines sont au premier plan et les problèmes de communication peuvent compliquer tout le reste et engendrer des actions qui ne sont pas nécessairement les meilleures pour son essor. Vous vous souviendrez peut-être que les mêmes considérations avaient emmené Colby Rasmus à Toronto.

Il est à prévoir que les Jays vont se servir des rencontres hivernales du baseball pour travailler à leur problème de releveurs, et je pense que Dioner Navarro sera une des pièces utilisées pour en obtenir un (ou un joueur de 2e but). Je ne serais pas surpris que Tolleson soit aussi offert aux équipes adverses (je ne pense pas que Tolleson et Valencia ont tous les deux une place dans l’alignement, surtout quand on sait que Izturis reviendra la saison prochaine et qu’il sera payé $3 millions, un contrat que personne ne sera très enthousiaste à aller ramasser).

Une dernière note en terminant: les Jays ont signé Justin Smoak pour un an/$1 million. Ils ont toutefois libéré Andy Dirks et John Mayberry Jr. Smoak devrait voir de l’action au premier but puisque Edwin préfère le rôle de frappeur désigné à part pour les jours où le rôle de frappeur désigné sera utilisé pour y placer un joueur régulier qui a besoin d’un peu de repos (Bautista et Reyes seraient les premiers auxquels je penserais, mais c’est un bon spot pour Martin pour lui épargner les genoux une fois de temps en temps). Smoak est un frappeur de long ballons, et le Rogers Centre devrait être un environnement plus propice pour lui que Seattle pour avoir du succès.

Publié dans Uncategorized permalien

A propos Patrice Maltais

Originaire du Lac St-Jean et domicilié à Toronto depuis 2000, je suis un fan de baseball toujours en deuil du départ des Expos et co-détenteur de billets de saison pour les Blue Jays depuis plusieurs années. Mes autres domaines d'intérêt sont l'histoire (surtout des États-Unis), l'automobile (mon domaine d'activité professionelle), les films et les livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>